Réagissez, encouragez-nous, rendez ce blog vivant : laissez vos commentaires !

Cliquez sur les images pour les visualiser en haute définition.

samedi 27 octobre 2012

Au bivouac




Quel privilège de dormir en montagne !

Bivouaquer en montagne, c’est accéder à un monde inconnu, insoupçonné, peuplé de chimères. Celui qui ne fait que passer sur le sentier, gravir une paroi ou courir sur la carapace du glacier ne peut pas prétendre avoir réellement connu la montagne. Pour cela, il faut dormir avec elle, blotti contre son sein, sans nulle autre protection qu’une veste polaire ou un duvet.

Bivouaquer en montagne, ce n’est plus être momentanément toléré dans un espace qui n’est pas le nôtre, c’est lui appartenir pleinement, se fondre en lui. C’est devenir roc et poussière parmi le roc et la poussière, silence et obscurité dans le Silence et l’Obscurité.

Tout est tellement différent pendant la nuit. On oublie cela si l’on dort sous un toit. On oublie que la lune est un phare et le silence une torture pour l’esprit. Le bivouac en devient presque une expérience mystique tant il décuple certains de nos sens. Une expérience dont on ressort différent, pas au premier bivouac, ni au second, mais à force de bivouacs, à force de baigner dans la pureté du soir, à force de négociation avec le froid impitoyable, à force de solitude obscure. Le bivouac est un instant à priori d’inconfort et de lutte contre un environnement hostile mais il apporte, plus que tout autre, une sensation de bien-être, d’apaisement et d’harmonie.

R

1 commentaire:

  1. Très beau texte. Pour le silence, il ne me semble pas le percevoir comme angoissant. Je garde une forte impression de mon premier bivouac en solo mais à vous lire, je réalise comme vous le dites que c'est à force de bivouacs que l'on change. J'aime bien collecter ce type de texte sur les bivouacs car ils retranscrivent en mots les sensations qu'il est difficile de communiquer à des personnes étonnées de nous voire partir dormir aux sommets des montagnes.
    merci pour ces lignes.

    RépondreSupprimer